Aller au contenu principal
Fiche 8 sur 412
8 sur 412

Saint-Jean-le-Thomas se prépare à lutter contre la montée des eaux

 03 novembre 2022
Notre agence immobilière de Saint-Jean-le-Thomas parle de l'actualité immobilière
  Partager

Notre agence immobilière de Saint-Jean-le-Thomas vous fait part aujourd’hui des nouvelles règles d’urbanisme définies dans le plan de prévention des risques littoraux. Ces règles ont été mises en place afin de remédier au risque de rupture du cordon dunaire.

Une montée des eaux d’un mètre est prévue dans cent ans

Le sous-préfet d’Avranches, Gilles Traimond, n’a pas présenté le 12 juillet 2022 à Saint-Jean-le-Thomas les plans d’une nouvelle arche de Noé mais bien le Plan de prévention des risques littoraux (PPRL) devant un parterre d’environ cinquante personnes.

Durant la présentation, il a rappelé que, si le risque ne pouvait pas être évité, il s’agissait de l’anticiper en définissant des nouvelles règles d’urbanisme. Le PPRL s’est donc fixé l’objectif d’identifier les zones inondables et à risques de submersions marines. 

D’une part, la probabilité qu’un événement climatique comme la tempête Eleanor de janvier 2018 se produise est de l’ordre de 1 %. Et, d’autre part, il faut dès maintenant anticiper la montée d’environ un mètre du niveau de la mer à horizon de cent ans.

Erwan Blondel, de la Direction départementale des Territoires et de la Mer (DDTM), rappelle que cela aurait pour conséquence :

  • De rompre le cordon dunaire,
  • De provoquer la submersion du marais de la Claire Douve et de zones habitées de la commune.

Le PPRL définit trois zones avec chacune des règles spécifiques

Le PPRL définira les différentes zones, dont certaines ne seront plus constructibles, ainsi que les mesures générales incombant à tous.

Les constructions seront interdites dans les zones rouges où les ventes resteront néanmoins possibles. Les seuls aménagements autorisés des propriétés existantes concerneront le renforcement de la sécurité, la diminution de la vulnérabilité des biens ou l’aménagement d’une zone de refuge.

Les constructions seront autorisées en zone bleue dans la mesure où elles se situent au-dessus de la cote de référence. Des travaux de réduction de la vulnérabilité seront recommandés ainsi que la mise hors d’eau des tableaux électriques pour les habitations existantes en dessous de cette cote. Ils seront à effectuer dans les cinq ans, et une aide de 80 % du montant de la facture sera attribuée aux propriétaires concernés. En revanche, il n’est prévu aucune restriction dans la zone blanche.

Le débat s’est ensuite porté à la fin de la présentation sur les travaux de renforcement du cordon dunaire qui ne fait pas l’unanimité chez les habitants. Le vice-président de la Communauté d’agglomération en charge de la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations (Gemapi) a rappelé que la pose de six cents mètres de fascines est prévue en 2023 dans cette optique.

En savoir plus :

 Partager