Aller au contenu principal
Fiche 7 sur 393
7 sur 393

La pénurie de logements en France

 01 septembre 2022
Trouver un logement à Caen malgré la pénurie
  Partager

En France, il y a de moins en moins de logements disponibles pour couvrir la demande. Ce déficit inquiète notre agence immobilière à Caen car il devient particulièrement difficile de trouver un logement dans certains quartiers. De plus, ce problème risque d’être amplifié par l’obligation de rénovation de passoires thermiques et l’augmentation des locations saisonnières.

La demande locative est loin d’être couverte et cela empire

Il ressort du bilan semestriel de la FNAIM que la demande de location résidentielle n’est actuellement pas couverte par le nombre de logements disponibles.

La Fédération nationale de l’immobilier a indiqué aux autorités que les projets menés par les investisseurs institutionnels ne vont pas satisfaire les besoins, d’autant que la location touristique concurrence de plus en plus la location nue.

Le problème de logement est prégnant voire inquiétant en France en dépit du fait que le marché immobilier se porte bien. Car le nombre de biens disponibles dans l’ancien est très faible et les projets dans le neuf sont au ralenti depuis 2017.

Si rien n’est fait, les agents immobiliers auront de plus en plus de difficultés à trouver des logements à proposer à leurs clients.

La location des passoires thermiques

Selon une étude du site bien’ici, il apparaît qu’aujourd’hui le ratio de répartition des offres de vente et de location est passé d’un logement en location sur trois offres en 2019 à un sur quatre aujourd’hui. Cette diminution du ratio location / vente traduit une tension de plus en plus importante sur le marché locatif.

En un an, la baisse a été de 13 % en moyenne tous types de biens confondus et a même atteint 17,5 % pour les studios tandis que dans le même temps la demande augmentait d’un tiers. 

Le déficit structurel de l'offre locative est lié à l’accroissement des facteurs conjoncturels suivants :

  • L’obligation de rénovation des passoires thermiques ;
  • L’interdiction à partir d'août d'augmenter les loyers des logements aux étiquettes DPE F et G ;
  • L’interdiction progressive de louer les logements aux étiquettes F et G faute de travaux ;
  • La révision des loyers plafonnée à 3,5 % pendant un an ;
  • L’encadrement des loyers dans certaines métropoles ;
  • La concurrence d'Airbnb aussi bien dans les grandes villes que sur le littoral ou à la campagne.

En effet, concernant Airbnb, les logements proposés à la location saisonnière ne sont pas concernés par les obligations liées au DPE.

De surcroît, le marché est peu dynamique car de nombreux locataires qui ne peuvent pas accéder à la propriété restent dans leur location.

Pour finir, le parcours résidentiel des Français a été profondément modifié. Auparavant, les foyers commençaient par louer leur logement puis devenaient propriétaires de leur résidence principale et réalisaient plus tard un ou plusieurs investissements locatifs afin de préparer leur retraite.

Aujourd’hui, les locataires dans les grandes villes, faute de moyens pour pouvoir acquérir un logement, réalisent d’abord un petit investissement locatif (SCPI, crowdfunding immobilier, appartement dans une ville moins chère). Leur objectif est de se constituer un patrimoine, voire un apport en vue d'acquérir leur résidence principale ultérieurement.

En savoir plus :

 Partager