Immobilier : la demande reste forte à Granville

L'immobilier à Granville se porte très bien malgré la crise.

L’immobilier à Granville continue de très bien se porter aujourd’hui et enregistre une forte demande. Cela a pour effet de créer une tension sur le marché du fait de la raréfaction des biens à vendre. La meilleure solution pour pallier à la rapidité du marché et ne pas manquer une opportunité est de contacter notre agence immobilière à Granville.

Les biens immobiliers se vendent comme des petits pains

Depuis le confinement, les biens immobiliers à Granville et dans les communes environnantes se vendent comme des petits pains. Pour de nombreux acquéreurs, il devient difficile de trouver un bien tant ceux-ci se vendent rapidement, parfois en quelques heures. Certains acheteurs passent ainsi de déconvenues en déconvenues depuis plusieurs mois car dès qu’ils trouvent un bien qui les intéresse, celui-ci est déjà vendu.

La frénésie immobilière anime le marché de l’immobilier granvillais depuis le déconfinement et a été confirmée cet été comme d’ailleurs dans beaucoup de communes du littoral français.

La typologie des acquéreurs a évolué avec la crise sanitaire, d’après Pierre Pozzo « 25 % des acheteurs le font pour un investissement locatif, 25 % sont des télétravaillistes, en réalité des gens qui veulent changer de vie et quitter la ville, et 50 % sont des clients de notre marché traditionnel ».

Beaucoup de parisiens sont de la partie mais contrairement à ce qu’on pourrait croire tous les acheteurs ne sont pas de Paris. Il y a aussi de nombreux habitants de grandes métropoles régionales qui rêvent d’investir dans un bien sur le littoral, que ce soit pour le louer ou pour y vivre. Il y a un critère en particulier qui est devenu essentiel voire incontournable :  avoir un bout de terrain ou une terrasse.

Une raréfaction de l’offre

La réaction du marché face à ce surcroît de demande a été une augmentation de 5 à 10 % des prix, poussant certains vendeurs à surestimer la valeur de leur bien en se disant qu’ils pourront maximiser leur plus-value. Les marges de négociations sont de facto très faibles et certains acheteurs sont même prêts à signer sans visiter.

Cette situation pèse sur les acquéreurs à petit budget et sur les primo-accédants qui arrivaient jusqu’alors à acheter dans les terres. En revanche, les vendeurs de biens autrefois boudés sont très contents de la situation. Ainsi, les biens en zone rurale ou encore les maisons en bord de route se vendent maintenant très facilement.

L’offre reste très inférieure à la demande et le stock diminue de plus en plus. Mais pour autant, on ignore combien de temps encore va durer cette euphorie.

En savoir plus :
Existe-t-il une période idéale pour vendre ou acheter ?
Granville : quelle est la situation du marché immobilier ?
Qui prend en charge les travaux immobiliers dans le cadre d’un démembrement de propriété ?

Mon compte

 Nous contacter