En 2020, les jeunes primo-accédants ont repoussé leur projet immobilier

Pourquoi ne pas acheter une maison à Yquelon et profite de la mer ?

Bon nombre de primo-accédants ont repoussé l’achat de leur résidence principale compte tenu de la crise économique et sanitaire de 2020. Pour autant, la plupart d’entre eux pensent faire aboutir leur projet d’achat de maison à Yquelon et les banques semblent leur donner raison.

La crise sanitaire a suspendu les projets des jeunes primo-accédants

Ayant vu le jour pour 63 % d’entre eux avant le premier confinement, les projets immobiliers des jeunes primo-accédants ont été reportés à de meilleurs auspices à cause de la crise sanitaire si l'on en croit une étude réalisée par Seloger et Empruntis.

Ceux-ci sont pourtant toujours optimistes et pensent pouvoir concrétiser leur projet en 2021. Ils sont même 53 % à voir dans cette crise la possibilité de bénéficier de meilleures opportunités d’achat.

La conjoncture semble donner raison aux moins optimistes dans la mesure où la majorité des projets se trouvent dans une ville de plus de 60 000 habitants. Ainsi, de nombreux projets d’achat concernent des biens situés en zones tendues où l’offre est faible et la demande forte, induisant une pression à la hausse sur les prix.

Ainsi, toujours d’après la même étude, il semble que les jeunes primo-accédants sont moins touchés par le phénomène lié au confinement qui consiste à quitter les centres-villes pour bénéficier de plus d’espace, voire d’une terrasse ou d’un jardin.

Autre constat, le budget moyen a entretemps diminué d’environ 12 000 € pour se situer à 255 000 € aujourd’hui alors qu’il était d’un peu plus de 267 000 € en 2020.

Le recours à un prêt est quasi obligatoire pour les jeunes primo-accédants

En effet, pour 96 % des jeunes primo-accédants, le recours à un emprunt bancaire est obligatoire afin de boucler le financement de leur bien. À titre de comparaison, ils ne sont que 80 % parmi les autres acheteurs à devoir emprunter.

Parmi ceux ayant besoin d’un financement pour acquérir un logement, ils sont 40% à avoir des craintes quant à la possibilité d’obtenir un accord de prêt. En effet, ceux-ci ont un apport faible qui représente moins de 10 % du prix du bien.

En réalité, seuls 42% d’entre eux ont un apport supérieur à 10% du prix d’achat du bien. En comparaison, ils sont 60% à voir un apport supérieur à 10 % chez les primo-accédants de plus de 50 ans.

Même si cela constitue pour les jeunes le principal sujet d’inquiétude, ils sont cependant optimistes et pensent qu’ils pourront obtenir un accord de prêt dans la mesure où ils sont près de 83 % à avoir fait effectuer avec succès une simulation de crédit. De plus, les banques cherchent à capter de nouveaux clients et regardent donc leur dossier avec intérêt.

Les faits semblent leur donner raison car 54 % des dossiers ont obtenu un accord de crédit au premier trimestre 2021, ce qui représente une progression par rapport à 2020. Le fait que l'apport des jeunes primo-accédants soit en moyenne de 16,5 % du prix d’acquisition du bien alors qu’il est plutôt de l’ordre de 25 % pour les autres acquéreurs n’a pas refroidi les banques.

Mon compte

 Nous contacter